Les carnets de Lady MO@


Se tromper pour avancer dans la bonne direction

Paraît-il qu'il faut savoir se tromper de chemin pour trouver la route qui vous convient...

 

L'an dernier, une fois de plus, je suis partie dans différentes directions, trois voies que j'ai empruntées pour des raisons de brin, comme on dit dans le coin tout en haut de la France.

 

Je me suis d'abord engagée sur la route des sciences de l'éducation, convaincue que je me devais de développer des outils éducatifs et pédagogiques performants pour offrir un meilleur accompagnement à mes élèves.

J'en ai découvert un, très complet, mais extrêmement chronophage: le journal total. J'y ai tellement pris goût, qu'il est entré en résonnance avec mes questionnements de maman, animatrice, femme et métisse.

Déstabilisant et enrichissant, il m'a permis d'accepter qu'en tant que drôle d'oiseau zébré, je ne rentre pas dans le schéma des études conventionnelles.

 

Dans cette même période, en vertu du mens sana en corpore sano et décidée à réaliser mon rêve de petite fille de porter une jolie robe volantée et froufroutante, je me suis inscrite à un cours de flamenco.

Il faut croire que mon corps préfère s'entretenir à coups de tapas que de s'entraîner à taper des pieds en rythme.

Mais, cette courte expérience m'a inspirée un exercice d'échauffement permettant de travailler la psychomotricité fine des enfants qui participent à mes ateliers et d'assouplir les mains des participants plus âgés qui commencent à développer de l'arthrose.

 

J'ai aussi embarqué dans mon envie trois stagiaires (merci Déborah, Océane et Guillaume) qui ont contribué à la réalisation d'une belle tenue de flamenco qui prend la pose à mon travail.

 

Enfin, je me suis imaginée pouvoir "guérir" cette petite fille qui se cache tout au fond de moi pour rêver, en suivant un stage pour apprendre à conter.

Mais, un conteur sachant conter se droit de conter devant un public. Et là, je me suis vue devoir revivre le trac qui m'a fait arrêter le théâtre au bout  de deux ans.

Pour le moment, je n'ai rien retiré de cette tentative.

Cela reste un projet suspendu, qui reprendra un jour ou pas...

 

Accumulatrice d'échecs? Collectionneuse de projets innachevés? Ni l'une, ni l'autre chéri-doudou. Aujourd'hui, je me dis qu'il faut simplement savoir accepter de se planter pour retrouver ses racines.

Et mes racines, ce sont les Antilles et la couture, une passion qui m'a été transmise par ma mère, ma grand-mère et mes tantes... une histoire de famille, des histoires de filles que je vous conterai peut-être un jour.

 

Alors, cette année scolaire 2018-2019, je tente d'explorer une nouvelle voie qui allie la création textile et mes origines:

j'ai décidé de me transformer en princesse!

 


24/09/2018
0 Poster un commentaire

Organisation créative

31 janvier ! Nous sommes déjà le 31 janvier !

 

Suis-je la seule à ne pas avoir vu les jours filer à toute vitesse ?

 

Avez-vous aussi l’impression d’avoir la tête qui déborde d’idées et de ne pas réussir à en concrétiser la moitié ?

Si vous êtes concerné par le combo "trop plein d’idées + procrastination + manque d’organisation", ce partage de réflexion est pour vous.

 

Dans notre société complexe où un pot de pâte à tartiner va défrayer la chronique, la surabondance se retrouve même dans l'envie de revenir à l'essentiel et la simplicité rime avec compétitivité, il vous suffit de faire un tour dans les rayons spécialisés en développement personnel pour le constater.

 

J'ai cherché, appliqué, expérimenté et abandonné un certain nombre de méthodes pour désencombrer mon quotidien, booster ma créativité, consommer moins pour consommer mieux, "minimaliser", "maximaliser", optimiser, gérer, évoluer, changer, me changer moi avant de changer le monde.

Ce n'est pas tout de le vouloir, ou de l'organiser, encore faut-il que cela corresponde à ce que l'on est, ne contrarie pas nos qualités intrinsèques et n'exacerbe pas nos défauts.

 

Mon zapping d'une activité à une autre, ma plus belle caractéristique de rêveuse créative, est toujours là et loin d'être canalisée.

 

Alors, voici la liste non-exhaustive des stratégies testées ou que j'ai l'intention d’approfondir pour structurer mon temps, mes pensées et ma créativité:

- les listes

- les carnets

- les agendas

- le bullet journal

- le topogramme

- le post-it

 

 

Les listes

Listes de tâches, to do-list ou bucket-list ont en commun d'être fourre-tout.

 

La bucket list se distingue des deux autres par son côté petits défis à relever pour sortir du quotidien. Mais, dans tous les cas on obtient une looooooooooooongue liste de choses à faire par envie ou obligation.

Je les pratiquais déjà à la fac. Chaque mois, j'en faisais une qui reprenait au moins 10 à 15 points du mois précédent.

C'est donc la meilleure méthode pour favoriser la procrastination et faire les choses les moins rébarbatives en premier, sauf à les hiérarchiser par ordre d’importance.

 

Les carnets

Carnets de recherche, de voyage, de croquis, etc... qu'ils soient chronologiques, sur une période donnée, thématiques, purement artistiques ou avec un côté exutoire thérapeutique, les carnets créatifs sont alimentés par le présent.

Ils ne serviront pas à planifier et anticiper. Mais, mémoire des découvertes et des idées qui ont germé, ils sont un bon réservoir créatif.

 

Les journaux

Avec les journaux, il faut réussir à tenir la quotidienneté qu’impose la pratique diaire. C’est un exercice qui pousse à un examen de soi et qui est très formateur. Je vous en parlerai plus en détail dans un autre article.

 

Les agendas

Je ne les trouve pas assez créatifs, sauf quand j'étais au lycée pour gribouiller en attendant la fin du cours de sciences physiques de monsieur Ducourant (ça ne s'invente pas).

 

Le bullet journal

 

Le saint Graal de la créative organisée et/ou blogueuse.

Qui n'a pas son bullet ne deviendra jamais un super créatif selon une de mes connaissances.

En général, ce support compile un agenda, un carnet créatif et des to do-list.

 

J'ai voulu essayer. Je me suis arrêtée à la lecture des instructions pour organiser la CHOSE.

Trop cadré et trop de préparation en amont.

Pas du tout adapté pour quelqu'un qui veut aller l’essentiel, qui peut avoir des déficits d’attention ou qui n’ose pas lâcher sa créativité.

 

 

Le topogramme

J'aime bien ce mot. Il me fait penser à hippopotame.

Topogramme, carte mentale, carte heuristique, mind mapping...

Cette façon d'organiser les idées en arborescence serait le plus en adéquation avec le fonctionnement des deux parties du cerveau.

Je n'ai pas assez de recul pour vous en parler: mon premier essai date de quelques semaines. Cela m'a pris du temps, mais j'ai trouvé cela éclatant! Les idées et leur articulation se font simultanément contrairement aux listes.

 

Le Post-it

Simple, muti-tâches et mobile, ce petit carré de papier autocollant révèle des trésors d’ingéniosité à qui l'utilise pour autre chose que la liste des courses.

Il a repris une certaine place dans ma vie depuis quelques mois et je cherche à optimiser son utilisation.

 

Et vous, quels sont les supports qui vous permettent d'organiser votre créativité?

 


31/01/2018
0 Poster un commentaire

Une carapace de tortue boutonnée

Aujourd'hui, je vous propose un tuto complémentaire à celui sur la fleur pique-épingle.

 

Il est plus particulièrement destiné aux animateurs professionnels.

Mais je donne quelques astuces qui peuvent aider les parents qui se lancent pour la première fois avec leurs enfants dans cette belle aventure des loisirs créatifs.

 

 

Mon objectif est de vous donner quelques explications sur:

  1. la phase de préparation comprenant l'épinglage, le tracé et la découpe du tissu
  2. la couture du bouton

 

Ainsi vous saurez mieux encadrer les jeunes enfants dont la psychomotricité fine est en train de se perfectionner ou les personnes qui sont confrontées à une dégradation de leurs capacités cognitives.

 

Pour ces deux publics, il faut donc prêter attention à:

- la façon de tenir le crayon ou tout autre outil traceur

- l'utilisation de la paire de ciseaux

- la préhension correcte de l'aiguille

- la latéralisation: distinguer la droite de la gauche, le dessus du dessous.

 

 

Ce qui peut nous sembler naturel et évident, demande un apprentissage pour les plus jeunes, un temps de réflexion pour certains adultes, voire une rééducation dans certains cas.

Il est important d'être bienveillant et vigilant  sur les compétences des participants.

 

C'est aussi à vous, animateur d'atelier, parent, éducateur ou tout autre professionnel, d'adapter vos explications et vos outils au public.

 

 

 

 

1/ La préparation

Comment choisir une bonne paire de ciseaux?

La paire de ciseaux est l'outil le plus délicat à choisir. Il faut être attentif au rapport entre forme et poids des ciseaux d'un côté, force et dextérité de la main, de l'autre côté.

Il ne faut pas hésiter à investir dans des ciseaux ergonomiques ou pour gaucher si c'est nécessaire.

 

Pour un atelier couture, il faut réserver une paire de ciseaux pour découper le papier et une autre pour découper le tissu. En effet, le papier, à la longue, use le tranchant des ciseaux.

Petite astuce: accrochez un ruban ou un morceau de tissu à l'anneau de la paire de ciseaux pour tissus.

 

Repasser le tissu

Un tissu bien repassé est toujours plus agréable à travailler. Comme je dis souvent à mes élèves, le repassage c'est la moitié du travail... enfin presque!

 

Si vous encadrez des enfants, soyez vigilant sur la capacité de chacun à manipuler le fer à repasser: le poids du fer, la hauteur de la table peuvent être rédibitoire pour confier cette tâche  à des enfants trop jeunes.

Mais, sous surveillance et en montrant bien comment l'utiliser c'est un bon moment pour faire une initiation.

 

Si vous proposez cet atelier dans le cadre d'une activité de rééducation ou d'arthérapie, assurez vous que la pathologie des partipants ne soit pas une contrainte pour qu'ils ne soient pas mis en échec, difficile à vivre psychologiquement, ou risquer un accident.

 

Comment épingler?

Epingler, ce n'est pas planter son épingle comme une fléchette sur une cible.

Expliquez bien qu'il faut piquer la pointe de l'épingle et la faire ressortir maximum un centimètre plus loin.

Il s'agit de maintenir le gabarit ou le patron sur l'envers du tissu.

 

Il faut faire attention à positionner les épingles parallèlement au bord du papier.

L'intégralité de l'épingle doit rester à l'intérieur du papier pour ne pas être gêné lors du tracé ou de la découpe.

 

Pour certains enfants, cette phase peut être une véritable épreuve de courage façon Koh-Lanta: les épingles ça pique!

Je me suis déjà retrouvée face à des adultes qui, enfants, ont été traumatisés par les épingles et qui apréhendent de se piquer les doigts.

 

Pas toujours facile de faire face au "Aïe! Ouille! ça fait mal" d'un enfant.

 

A-t-il vraiment mal? En rajoute-t-il pour attirer l'attention?

Si il s'est piqué jusqu'à saigner, ce n'est pas un caprice.

Ne négligez pas la douleur de l'enfant, sans pour autant en faire des tonnes.

 

Il faut donc bien expliquer de mettre les doigts hors d'atteinte de l'épingle quand elle remonte et rectifier la position des mains si nécessaire.

 

Comment tracer?

Crayon ou craie pour la couture, votre outil traceur doit être bien taillé.

La posture doit être détendue, la main ne doit pas être crispée.

 

Petit conseil:

- pour les droitiers contourner le rond dans le sens des aiguilles d'une montre

- pour les gauchers contourner le rond dans le sens contraire des aiguilles

 

Cela permet d'effectuer le tracé et de voir ce qu'on fait en même temps.

 

Il faut aussi faire attention à ne pas faire de gribouillage (repasser plusieurs fois au même endroit).

 

L'idéal, c'est d'avoir un trait net, fin mais bien marqué.

 

Un beau trait favorisera une belle découpe.

 

Pour ceux qui se questionnent et qui veulent aller plus loin sur la bonne façon de tenir son crayon vous pouvez regarder ici les conseils qui sont donnés.

 

Comment découper?

Pour la découpe, vous avez tracé le contour du gabarit.

Après avoir enlevé les épingles et découpez en suivant le tracé:

- pour les gauchers dans le sens des aiguilles d'une montre

- pour les droitiers dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.

Cela permet toujours d'avoir une meilleure vue de ce qui est coupé.

 

Pour ceux qui sont à l'aise avec les ciseaux, il est possible de couper en contournant le gabarit et sans tracé préalable.

 

 

Parfois, les maladresses de découpes sont liées à une mauvaise façon de tenir la paire de ciseaux.

Je vous invite à faire un petit tour ici. Il y a une histoire d'autobus que je vais certainement raconter en atelier.

 

 

 

 

Pour le détail de la réalisation de la fleur à proprement parler, je vous invite à regarder le précédent tuto en cliquant ici

 

 

 

 

2/ La couture d'un bouton

Comment coudre un bouton

Coudre un bouton, c'est simple et compliqué à la fois.

 

Il faut être capable de comprendre qu'il faut traverser les épaisseurs de tissu, sortir par un trou et replonger dans l'autre trou.

 

C'est le moment d'apprendre ou de réapprendre les notions de "au-dessus", "en-dessous" et "à travers"

 

1

2

3

4

 

Si vous avez suffisamment de fil et que la couleur vous convient vous pouvez coudre votre bouton directement après avoir sculpté votre fleur.

Si vous devez changer de fil, faites votre premier point en dessous de la fleur afin d'y fixer votre fil et de cacher le noeud.

 

Puis, repiquez l'aiguille, pour traverser la fleur de part en part en essayant de ressortir au milieu (1).

Posez le bouton avec la jolie face vers vous en coulissant l'aiguille dans un des trous (2). Tirez sur l'aiguille pour dégager la totalité du fil.

 

Piquez l'aiguille dans l'autre trou (3).

Traversez la fleur pour passer en dessous (4).

Repiquez et traversez la fleur du dessous vers le dessus.

 

Passer du dessous vers le dessus et du dessus vers le dessous en traversant la fleur peut demander un temps de réflexion pour certaines personnes.

 

 

Normalement il faut renouveler l'opération au moins trois fois pour avoir une couture solide.

Je vous rappelle qu'ici nous avons une aiguillée à quatre fils. Alors deux fois suffiront.

 

Boutons à deux ou quatre trous?

Il existe des boutons à deux, quatre trous ou montés sur une tige.

Je trouve particulièrement intéressant les différentes possibités qu'offrent un bouton à quatre trous

 

Je vous mets une reproduction de schémas que j'ai retrouvé dans un vieux livre consacré à la couture à la main.

 

J'espère que ce partage d'expérience vous permettra d'animer un atelier en toute sérénité.

 

 

 

J'ai faillit oublier!

J'ai utilisé un gabarit de 20 cm pour faire cette feur que j'ai détourné en carapace de tortue. Il ne me reste plus qu'à la fixer.

Pour le moment sans sa carapace et sans rembourrage, ma tortue prends des airs de grenouille raplapla!

 

Je vous souhaite une belle semaine lumineuse et créative

 

Sitographie:

 

- un truc pour apprendre à bien tenir les ciseaux sur www.educatout.com

 

- La problématique de la tenue du crayon échange avec Danièle Dumont sur www.tilekol.org

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

22/01/2018
0 Poster un commentaire

Fleur pique épingle - le tuto

 

 

 

 

20170809_175822.jpg

 

 

 

  

 

Pour rajouter un peu de couleur à ce temps gris de Blue Monday, je vous propose une petite entrée en matière créative avec la réalisation d’une fleur pique épingle.

C’est l’objet indispensable pour les #couture-addicts.

 

C’est aussi un objet que je m’amuse à détourner de différentes façons, comme un petit défi personnel.

 

Ce tuto s’adresse aussi aux animateurs qui m'assistent lors des ateliers proposés dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires.

 

C’est donc une petite réalisation accessible aux enfants dès 5-6 ans, âge à partir duquel la psychomotricité fine leur permet de tenir des outils qui demandent une certaine précision comme une paire de ciseaux et surtout une aiguille.

 

Alors, les grands-parents-appelés-à-la-rescousse-pour-garder-cet-adorable-petit-enfant-malade-qui-s’ennuie-et-fait-du-trampoline-sur-le-canapé, vous avez trouvé une occupation pour environ une petite heure.

 

Faites avec ce que vous avez sous la main. Transformez en jeu la recherche des fournitures : des chutes de tissu ou un vieux chemisier, la boîte à collecte de boutons récupérés et un coussin qui commence à être raplapla feront l’affaire.

 

Autant vous mettre au parfum, je suis aussi une adepte du recyclage.

J'ai fait la mienne avec un bout de tissu récupéré d’une poubelle à chutes, du rembourrage provenant du dépiautage  d'un ancien projet et un petit bouton-perle d'un troc.

 

20170809_171115.jpg

 

 

FOURNITURES:

 

Vous avez  rassemblé:

-        du tissu

-        du fil

-        du rembourrage pour coussin

-        un petit bouton

-        une aiguille longue avec un chas de taille moyenne

-        des épingles

-        une paire de ciseaux

 

 

Si vous souhaitez faire un pique-épingle, je trouve que la taille idéale est de 16cm.

 

Je vous mets à disposition  ici une planche avec des ronds de 12 à 18 cm de diamètre pour réaliser des fleurs de tailles différentes.

A vous de choisir celle qui vous convient pour préparer votre gabarit.

 

 

 

 PREPARATION:

 

Vous avez découpé un rond dans votre tissu.

 

Pour vous aider, vous pouvez tracer une ligne à 5 mm du bord qui vous permettra de faire votre préparation de fronce au point avant avec une longueur de point de 5 mm.

En atelier, j’incite les participants à coudre sans le tracé... ce qui me fait parfois passer pour un tyran auprès des élèves adultes (Gnac!gnac!!!). Mais ça me permet déjà de tester la mise en place ou l'absence de certaines compétences comme la capacité à évaluer les distances.

 

 Coupez 4 m de fil dans une couleur qui vous plaît car il se verra.

 

Pliez votre fil en deux. Enfilez votre aiguille en passant les deux bouts du fil simultanément. Et faites un nœud qui maintienne les deux extrémités. Vous avez une aiguillée à quatre fils.

Longue (la fameuse aiguillée de paresseuse de nos anciennes) et solide elle vous permettra, en une seule fois, de faire le tour du rond et de former votre fleur dans la foulée.

 

 

 

ETAPE 1 -  PREPARATION DES FRONCES

 

20170809_172155b.jpg 20170809_172458b.jpg

Pour le détail du point avant, vous pouvez jeter un petit coup d’œil chez  BlueMarguerite qui explique bien comment s’y prendre.

Le tour complet effectué, vous pouvez tirer délicatement sur le fil pour faire froncer le tissu et former une petite charlotte.

 

 

 

ETAPE 2 - REMBOURRAGE

 

 

20170809_173024.jpg 20170809_173148.jpg 20170809_173424.jpg


Placez-y le rembourrage pour obtenir une boule ferme mais pas trop dense.

 

Tirez de nouveau sur le fil pour refermer le trou.

Et faites un point d’arrêt pour éviter que les fronces ne se relâchent.

Vous obtenez un petit coussin rond.

 

Si, et seulement si, vous n’avez pas réussi à refermer le trou complètement, repiquez votre aiguille dans les fronces  en suivant bien le contour du trou.

N’essayez pas de rapprocher les bords en cousant à travers, vous risqueriez de déformer votre petit coussin.

 

 

 

ETAPE 3 - « SCULPTURE » DE LA FLEUR

 

Normalement (à moins d’un accident de parcours, nœud ou trou mal refermé) il vous reste suffisamment de fil pour procéder à la mise en forme de la fleur.

 

20170809_174356.jpg

 

Il vous suffit de venir piquer au centre du petit coussin du dessus vers le dessous comme indiqué sur les photos.

Je trouve qu’il est plus facile de viser le centre de cette façon.

 

 

20170809_174433.jpg20170809_174529.jpg
20170809_174628.jpg20170809_174815.jpg

 

Tirez correctement sur le fil pour qu’il sculpte le tissu. Et pensez à le maintenir, pour qu’il ne se relâche pas sous la pression du rembourrage.

Partagez d’abord en deux. Puis chaque moitié en trois pour avoir une fleur en six parties.

 

 

Si vous souhaitez avoir plus de divisions, pensez à couper une longueur de fil plus importante ou resservez-vous en fil si vous ne l’avez pas anticipé.

Faites un point d’arrêt en dessous de votre fleur.

 

 

 

ETAPE 4 - COUTURE DU BOUTON

 

Votre sculpture de fleur terminée, vous pouvez rajouter un petit bouton, sur tige, à deux ou à quatre trous, à vous de choisir.

 

20170809_175049.jpg 20170809_175630b.jpg

 

 

Aujourd’hui, pour ne pas trop rallonger mon propos, je n'ai pas détaillé la préparation avant la découpe du rond et la couture du bouton qui feront l’objet d’un prochain article. J'en profiterai aussi pour vous montrer comment j’ai détourné ce modèle en dos de tortue.

 

 

Je vous souhaite une belle semaine lumineuse et créative

 

 

 

Mot clés: créativité, couture, DIY, récupération, recyclage, enfants, "que faire avec un rond?"


15/01/2018
2 Poster un commentaire

A propos

 IMG_20180107_213038_747[1].jpg

 

 

Qui ?

 

Je suis...

 

Une rêveuse qui aime bien se mettre la tête à l’envers pour mieux comprendre ce monde qui ne tourne pas rond.

Une optimiste  qui pose un regard curieux, créatif,  décalé, voire déphasé sur tout ce qui l’entoure.

Une passionnée qui relève le challenge d’accompagner et de catalyser l’émergence des talents des petits et grands via la pratique de la couture et des arts textiles.

Une maman de deux filles jeunes adultes qui commence à faire un premier bilan de ses choix éducatifs (Aïe !)

Une blogueuse-instagrameuse-pinterest-addict qui aime partager ses idées et explorer les pratiques d’expression de soi et d’éducation informelle.

Une femme en quête de soi sur la route de la simplicité volontaire pour apporter sa petite pierre à la construction d’un monde plus équilibré.

Une plante déracinée, loin de son île et une semi-nomade dans l’âme en attente de reprendre son chemin.

Un drôle d’oiseau un peu zébré échappé du pays de Sérendip ou du Codex Seraphinianus qui se découvre enfin !

 

 

Pour qui ?

 

Je m’adresse :

-        aux animateurs et éducateurs qui, au-delà du côté occupationnel, s’intéressent au potentiel de formation informelle d'un atelier de pratiques textiles,

-        aux parents intéressés par les pédagogies alternatives et créatives

-        aux personnes en quête de formation de soi par le développement de leur créativité,

-        aux talents et aux intelligences multiples qui s’ignorent et qui ne demandent qu’à s’exprimer.

 

 

Quoi ?

 

Je partage mes réflexions et expérimentations basées sur la créativité, l’éducation et la simplicité volontaire vers une formation de soi pour petits et grands

 

 

Pourquoi ? Pour quoi?

 

Après quelques années de pause, L’envie du blogging m’est revenue avec l’écriture d’un journal de lectures rapidement envisagé comme un journal total et composite.

La pratique diaire est arrivée à un moment de ma vie où j’étais en recherche de cohérence et d’unicité pour rassembler toutes ces petites facettes qui me constituent : lectures, recherches, projets créatifs textiles et photographiques, reprise d’étude, tous ces moments, qui simultanément fragmentent et construisent mon individualité, se sont emboitée comme les pièces d’un puzzle à travers l’écriture du journal.

 

Quand s’est posée la question de ce que je devais faire de cette matière, j’ai tout de suite pensé à ce blog que j’avais laissé à l’abandon pendant des années.

 

En créer un nouveau ne me disait rien.

 

Je n’étais pas prête à me confronter à une nouvelle page blanche. Mais, il me fallait symboliquement tourner une page par rapport à l’ancienne bloggeuse adepte des loisirs créatifs que j’étais.

 

Alors, je suis revenue en faisant le choix de désactiver l’ensemble des anciens articles, comme une sorte de palimpseste virtuel.

Je les ai gardés, car c’est une mémoire dans laquelle j’aurai certainement plaisir à piocher des idées que je partagerai avec vous en temps voulu.

 

Ce blog est en construction. Je l’ai voulu au départ épuré, sans identité visuelle.  Il a aussi pour fonction de suivre mon cheminement.

 

Et comme moi, je me nourris des rencontres qui jalonnent mon chemin, il se développera en fonction des échanges et des partages qui viendront remplir mes petits carnets créatifs.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


08/01/2018
1 Poster un commentaire

Nouvelle page

 

 

Ouvrir un nouveau carnet

 

Tourner la page

 

Se laisser guider par la page blanche

 

Ecrire

 

Oser se raconter

 

Et...

 

 

18_0000.jpg

 

 

 

... faire un pas de plus,

 

vers moi, vers les autres

vers vous

 

à travers ce blog.

 

Partager les idées, les envies,

les rêves et les projets

 

2018

l'année de la réalisation de soi ?

 

Je vous la souhaite belle,

remuante et sereine à la fois,

créative, libératrice

et lumineuse.

 

 


 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


01/01/2018
0 Poster un commentaire