Les carnets de Lady MO@

Journal d'animatrice


Se tromper pour avancer dans la bonne direction

Paraît-il qu'il faut savoir se tromper de chemin pour trouver la route qui vous convient...

 

L'an dernier, une fois de plus, je suis partie dans différentes directions, trois voies que j'ai empruntées pour des raisons de brin, comme on dit dans le coin tout en haut de la France.

 

Je me suis d'abord engagée sur la route des sciences de l'éducation, convaincue que je me devais de développer des outils éducatifs et pédagogiques performants pour offrir un meilleur accompagnement à mes élèves.

J'en ai découvert un, très complet, mais extrêmement chronophage: le journal total. J'y ai tellement pris goût, qu'il est entré en résonnance avec mes questionnements de maman, animatrice, femme et métisse.

Déstabilisant et enrichissant, il m'a permis d'accepter qu'en tant que drôle d'oiseau zébré, je ne rentre pas dans le schéma des études conventionnelles.

 

Dans cette même période, en vertu du mens sana en corpore sano et décidée à réaliser mon rêve de petite fille de porter une jolie robe volantée et froufroutante, je me suis inscrite à un cours de flamenco.

Il faut croire que mon corps préfère s'entretenir à coups de tapas que de s'entraîner à taper des pieds en rythme.

Mais, cette courte expérience m'a inspirée un exercice d'échauffement permettant de travailler la psychomotricité fine des enfants qui participent à mes ateliers et d'assouplir les mains des participants plus âgés qui commencent à développer de l'arthrose.

 

J'ai aussi embarqué dans mon envie trois stagiaires (merci Déborah, Océane et Guillaume) qui ont contribué à la réalisation d'une belle tenue de flamenco qui prend la pose à mon travail.

 

Enfin, je me suis imaginée pouvoir "guérir" cette petite fille qui se cache tout au fond de moi pour rêver, en suivant un stage pour apprendre à conter.

Mais, un conteur sachant conter se droit de conter devant un public. Et là, je me suis vue devoir revivre le trac qui m'a fait arrêter le théâtre au bout  de deux ans.

Pour le moment, je n'ai rien retiré de cette tentative.

Cela reste un projet suspendu, qui reprendra un jour ou pas...

 

Accumulatrice d'échecs? Collectionneuse de projets innachevés? Ni l'une, ni l'autre chéri-doudou. Aujourd'hui, je me dis qu'il faut simplement savoir accepter de se planter pour retrouver ses racines.

Et mes racines, ce sont les Antilles et la couture, une passion qui m'a été transmise par ma mère, ma grand-mère et mes tantes... une histoire de famille, des histoires de filles que je vous conterai peut-être un jour.

 

Alors, cette année scolaire 2018-2019, je tente d'explorer une nouvelle voie qui allie la création textile et mes origines:

j'ai décidé de me transformer en princesse!

 


24/09/2018
0 Poster un commentaire

Organisation créative

31 janvier ! Nous sommes déjà le 31 janvier !

 

Suis-je la seule à ne pas avoir vu les jours filer à toute vitesse ?

 

Avez-vous aussi l’impression d’avoir la tête qui déborde d’idées et de ne pas réussir à en concrétiser la moitié ?

Si vous êtes concerné par le combo "trop plein d’idées + procrastination + manque d’organisation", ce partage de réflexion est pour vous.

 

Dans notre société complexe où un pot de pâte à tartiner va défrayer la chronique, la surabondance se retrouve même dans l'envie de revenir à l'essentiel et la simplicité rime avec compétitivité, il vous suffit de faire un tour dans les rayons spécialisés en développement personnel pour le constater.

 

J'ai cherché, appliqué, expérimenté et abandonné un certain nombre de méthodes pour désencombrer mon quotidien, booster ma créativité, consommer moins pour consommer mieux, "minimaliser", "maximaliser", optimiser, gérer, évoluer, changer, me changer moi avant de changer le monde.

Ce n'est pas tout de le vouloir, ou de l'organiser, encore faut-il que cela corresponde à ce que l'on est, ne contrarie pas nos qualités intrinsèques et n'exacerbe pas nos défauts.

 

Mon zapping d'une activité à une autre, ma plus belle caractéristique de rêveuse créative, est toujours là et loin d'être canalisée.

 

Alors, voici la liste non-exhaustive des stratégies testées ou que j'ai l'intention d’approfondir pour structurer mon temps, mes pensées et ma créativité:

- les listes

- les carnets

- les agendas

- le bullet journal

- le topogramme

- le post-it

 

 

Les listes

Listes de tâches, to do-list ou bucket-list ont en commun d'être fourre-tout.

 

La bucket list se distingue des deux autres par son côté petits défis à relever pour sortir du quotidien. Mais, dans tous les cas on obtient une looooooooooooongue liste de choses à faire par envie ou obligation.

Je les pratiquais déjà à la fac. Chaque mois, j'en faisais une qui reprenait au moins 10 à 15 points du mois précédent.

C'est donc la meilleure méthode pour favoriser la procrastination et faire les choses les moins rébarbatives en premier, sauf à les hiérarchiser par ordre d’importance.

 

Les carnets

Carnets de recherche, de voyage, de croquis, etc... qu'ils soient chronologiques, sur une période donnée, thématiques, purement artistiques ou avec un côté exutoire thérapeutique, les carnets créatifs sont alimentés par le présent.

Ils ne serviront pas à planifier et anticiper. Mais, mémoire des découvertes et des idées qui ont germé, ils sont un bon réservoir créatif.

 

Les journaux

Avec les journaux, il faut réussir à tenir la quotidienneté qu’impose la pratique diaire. C’est un exercice qui pousse à un examen de soi et qui est très formateur. Je vous en parlerai plus en détail dans un autre article.

 

Les agendas

Je ne les trouve pas assez créatifs, sauf quand j'étais au lycée pour gribouiller en attendant la fin du cours de sciences physiques de monsieur Ducourant (ça ne s'invente pas).

 

Le bullet journal

 

Le saint Graal de la créative organisée et/ou blogueuse.

Qui n'a pas son bullet ne deviendra jamais un super créatif selon une de mes connaissances.

En général, ce support compile un agenda, un carnet créatif et des to do-list.

 

J'ai voulu essayer. Je me suis arrêtée à la lecture des instructions pour organiser la CHOSE.

Trop cadré et trop de préparation en amont.

Pas du tout adapté pour quelqu'un qui veut aller l’essentiel, qui peut avoir des déficits d’attention ou qui n’ose pas lâcher sa créativité.

 

 

Le topogramme

J'aime bien ce mot. Il me fait penser à hippopotame.

Topogramme, carte mentale, carte heuristique, mind mapping...

Cette façon d'organiser les idées en arborescence serait le plus en adéquation avec le fonctionnement des deux parties du cerveau.

Je n'ai pas assez de recul pour vous en parler: mon premier essai date de quelques semaines. Cela m'a pris du temps, mais j'ai trouvé cela éclatant! Les idées et leur articulation se font simultanément contrairement aux listes.

 

Le Post-it

Simple, muti-tâches et mobile, ce petit carré de papier autocollant révèle des trésors d’ingéniosité à qui l'utilise pour autre chose que la liste des courses.

Il a repris une certaine place dans ma vie depuis quelques mois et je cherche à optimiser son utilisation.

 

Et vous, quels sont les supports qui vous permettent d'organiser votre créativité?

 


31/01/2018
0 Poster un commentaire