Les carnets de Lady MO@

Se tromper pour avancer dans la bonne direction

Paraît-il qu'il faut savoir se tromper de chemin pour trouver la route qui vous convient...

 

L'an dernier, une fois de plus, je suis partie dans différentes directions, trois voies que j'ai empruntées pour des raisons de brin, comme on dit dans le coin tout en haut de la France.

 

Je me suis d'abord engagée sur la route des sciences de l'éducation, convaincue que je me devais de développer des outils éducatifs et pédagogiques performants pour offrir un meilleur accompagnement à mes élèves.

J'en ai découvert un, très complet, mais extrêmement chronophage: le journal total. J'y ai tellement pris goût, qu'il est entré en résonnance avec mes questionnements de maman, animatrice, femme et métisse.

Déstabilisant et enrichissant, il m'a permis d'accepter qu'en tant que drôle d'oiseau zébré, je ne rentre pas dans le schéma des études conventionnelles.

 

Dans cette même période, en vertu du mens sana en corpore sano et décidée à réaliser mon rêve de petite fille de porter une jolie robe volantée et froufroutante, je me suis inscrite à un cours de flamenco.

Il faut croire que mon corps préfère s'entretenir à coups de tapas que de s'entraîner à taper des pieds en rythme.

Mais, cette courte expérience m'a inspirée un exercice d'échauffement permettant de travailler la psychomotricité fine des enfants qui participent à mes ateliers et d'assouplir les mains des participants plus âgés qui commencent à développer de l'arthrose.

 

J'ai aussi embarqué dans mon envie trois stagiaires (merci Déborah, Océane et Guillaume) qui ont contribué à la réalisation d'une belle tenue de flamenco qui prend la pose à mon travail.

 

Enfin, je me suis imaginée pouvoir "guérir" cette petite fille qui se cache tout au fond de moi pour rêver, en suivant un stage pour apprendre à conter.

Mais, un conteur sachant conter se droit de conter devant un public. Et là, je me suis vue devoir revivre le trac qui m'a fait arrêter le théâtre au bout  de deux ans.

Pour le moment, je n'ai rien retiré de cette tentative.

Cela reste un projet suspendu, qui reprendra un jour ou pas...

 

Accumulatrice d'échecs? Collectionneuse de projets innachevés? Ni l'une, ni l'autre chéri-doudou. Aujourd'hui, je me dis qu'il faut simplement savoir accepter de se planter pour retrouver ses racines.

Et mes racines, ce sont les Antilles et la couture, une passion qui m'a été transmise par ma mère, ma grand-mère et mes tantes... une histoire de famille, des histoires de filles que je vous conterai peut-être un jour.

 

Alors, cette année scolaire 2018-2019, je tente d'explorer une nouvelle voie qui allie la création textile et mes origines:

j'ai décidé de me transformer en princesse!

 



24/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres